juillet 13, 2024

FREEMEDIA

La Femme au cœur de l'actualité

Bukavu : plus 20 morts, les inondations causées par l’irresponsabilité humaine

Spread the love

Une forte pluie diluvienne s’est abattue dans la nuit du mercredi au jeudi 27 décembre 2023 sur la ville de Bukavu, dans la province du Sud-Kivu en République démocratique du Congo. Le bilan provisoire fait état de plus de 21 morts, dont 15 corps retrouvés, et de nombreux dégâts matériels.

La commune de Kadutu est plus touchée. Dans le quartier Nyamugo, 11 personnes mortes, dont 6 corps n’ont pas encore été retrouvés. Dans le quartier Nyakaliba, 5 personnes mortes, dont 4 dans l’avenue Kadurhu et une dans l’avenue Mulonge. Au quartier Nkafu, 4 personnes mortes, dont 2 sur l’avenue Wesha et 2 autres retrouvées à la place de l’indépendance.

La cheffe de l’avenue Kawa, Marie Kizogolo, a déploré les comportements de certains habitants du milieu qui ont transformé la rivière Kawa en une décharge publique. Selon elle, les immondices jetés dans la rivière bouchent son lit et provoquent le débordement des eaux lors des pluies. Elle a également dénoncé les constructions anarchiques qui empêchent l’écoulement des eaux.

« La pluie a commencée à faire des dégâts vers 22 h quand les jeunes du quartier sont venus me réveiller pour venir voir ce qui se passe. Quand je me suis réveillé, j’ai trouvé que l’eau avait débordée dans toute l’avenue et après 30 secondes, j’ai vu le cops d’un garçon âgé de 15 ans qui flottait. Les jeunes l’ont mis à côté de côté, mais malheureusement, il était déjà mort. Très tôt matin, on est passé dans toutes les maisons et on a trouvé qu’il y a déjà 11 morts dans Avenue. Toutes les immondices qui viennent du marché de Kadutu et dans tous les ménages sont jetés dans la rivière Kawa et quand il pleut ces immondices bouchent la rivière et cela crée le débordement de l’eau jusqu’à entré dans des maisons «  témoigne-t-elle.

La société civile de la commune de Kadutu a recommandé au gouvernement de prendre en charge les rescapés qui sont dans les structures sanitaires et d’organiser des obsèques dignes et sécurisées des victimes.

Mitterrand Rukozo

You cannot copy content of this page